film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
An Dà Shealladh
The Two Sights
© Joshua Bonnetta
1/3
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Joshua Bonnetta

IMAGE

Joshua Bonnetta

SON

Joshua Bonnetta

MONTAGE

Joshua Bonnetta

MUSIQUE ORIGINALE

Joshua Bonnetta

PRODUCTION / DIFFUSION

Joshua Bonnetta

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Joshua Bonnetta, ADAV

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Le don de recevoir de l’avenir des signaux visuels ou sonores se transmettait autrefois de génération en génération chez les peuples des Hébrides Extérieures au large de l’Écosse. Entre 2017 et 2019, l’artiste canadien Joshua Bonnetta s’est attaché à explorer les paysages et à recueillir l’histoire orale de ce génie visionnaire. Comme dans son précédent long-métrage conçu avec J.P. Sniadecki dans le désert de Sonora, El Mar La Mar (Cinéma du Réel 2017), le travail de collecte ethnographique fabrique un monde sensoriel peuplé de fantômes : histoires de villages engloutis, de baleines échouées, de proches disparus, de chevaux noyés, de chants gaëliques et de voix messagères d’évènements intimes ou collectifs. Projet empreint de matérialisme historique mais non moins profondément formaliste, si l’on se souvient que l’avant-garde nord-américaine a fameusement reçu de P. Adams Sitney le qualificatif de visionnaire ; et que Bonnetta n’est pas moins cinéaste qu’acousticien. Car les deux visions évoquées par le titre sont celles d’un film où images et sons suivent leur propre cours, tout en formant des présages agissant les uns sur les autres en un jeu d’anticipations, d’échos et d’unisson. Tantôt en alerte, tantôt dans la torpeur, le spectateur est enveloppé dans un monde aussi vivide qu’irréel ; a "thin place", comme l’appelle une femme dont le beau chant consolateur agite la mer d’ondulations discrètes, à la frontière inframince du ciel et de la terre, de la prescience et de la mémoire.
(A.T.)

In the past, the gift of receiving visual or aural signs from the future was handed down from generation to generation on the Outer Hebrides islands off the Scottish coast. Between 2017 and 2019, Canadian artist Joshua Bonnetta set about exploring their landscapes and collecting the oral history of this visionary gift. As in his previous documentary feature, El Mar La Mar (Cinéma du Réel 2017), co-directed with J.P. Sniadecki in the Sonoran desert, this work of ethnographic collection creates a sensorial world populated by ghosts: stories of engulfed villages, beached whales, drowned horses, Gaelic songs, and voices carrying messages of personal or community events. A project stamped with historical materialism yet no less deeply formalist, if we recall that P. Adams famously described the North American avant-garde as visionary; and that Bonnetta is no less of a filmmaker than an acoustician. As the two sights in the title are those of a film in which image and sound each follow their own course while also being portents that interact in a game of anticipation, of echoes and unison. At times on alert, at times in torpor, the spectator is enveloped in a world as vivid as it is unreal; “a thin place” in the words of a woman whose beautiful consolatory singing stirs the sea into soft ripples, at the extremely thin frontier between sky and sea, between foreknowledge and memory. (A.T.)

Distinctions