film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Call & Response - New Orleans
© Jarring Effects
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Arno Bitschy, Elodie Maillot

IMAGE

Arno Bitschy

SON

Céline Frezza, Elodie Maillot

MONTAGE

Arno Bitschy

MUSIQUE ORIGINALE

Olivier Koundouno

PRODUCTION / DIFFUSION

Jarring Effects, TLM (Télé Lyon Métropole)

PARTICIPATION

CNC

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Jarring Effects

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

New-Orleans est la plus africaine des villes américaines. C’est ici, dans cette cité sous le niveau de la mer, que les connections sont les plus évidentes, que le lien est le plus ténu. Un individu lance un appel, une phrase à laquelle le groupe répond. Ensemble, ils chantent : c’est le "call and response", une tradition africaine que l’esclavage a transporté de l'autre côté de l'Océan Atlantique.
Avant de prendre la mer, les esclaves étaient sommés d’oublier leur passé (en tournant sept fois autour d’un poteau), mais ils ont quand même emporté avec eux l'impalpable : les rythmes, les rites, et ce dialogue ininterrompu qui se retrouve dans toutes les musiques modernes, samba, salsa, Jazz, blues, rock, rap...
À la Nouvelle-Orléans, le "call and response" s’infiltre dans tous les rituels, il est la force collective de la ville qui permet aux uns de se relier aux autres, et peut-être à un ailleurs, ou à l’Afrique.
New Orléans est une ville de fantasmes et d’exubérances. Une ville qui croit au vaudou et qui vénère les morts. Une ville où les vivants se battent encore, malgré les catastrophes et la lenteur des réponses d’en haut, de cet Etat qui les oublie. Une ville où les touristes viennent pour tout oublier dans la fête et où son peuple célèbre son passé et sa culture, un fête qui lui permet de se tenir debout. Car ici plus qu’ailleurs aux Etats-Unis, les traditions sont un socle. Ce en quoi on croit dit qui l’on est.
Jermaine est un Mardi-Gras Indian Chief dans l'un des quartiers les plus pauvres de la ville, le 7th Ward. Toute l'année, il prépare son costume pour un jour sacré, cathartique : mardi-gras ! Il perpétue une tradition qui date du XIXe siècle, celle de ses ancêtres esclaves africains qui en fuyant les plantations ont été sauvés par les native indians, les Indiens d’Amérique.
Hasizzle est un chanteur de bounce, une musique électronique née du choc des traditions musicales de New Orléans et du rap. C'est une musique forte et répétitive où le chanteur sert de guide pour la transe. Jermaine se retourne vers le passé, Hasizzle produit la musique du futur. Pour eux Mardi-gras est le jour où tout est possible. Les rues de la ville vibrent dans une transe unificatrice. Des hordes de touristes envahissent le centre-ville pour une journée de débauche alors que le reste de la Nouvelle Orléans se tourne vers ses traditions.
Une journée particulière qui exacerbe toutes la violence des contrastes de la société américaine.