film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Le Temps des ouvriers - 3. Le Temps à la chaîne (1880-1935)
© Les Films d'ici / ARTE France
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Stan Neumann

IMAGE

Ned Burgess, Katell Djian

SON

André Rigaut, Jean Minondo, Ivan Dumas

MONTAGE

Louise Decelle, Catherine Gouze

MUSIQUE ORIGINALE

Philippe Miller

PRODUCTION / DIFFUSION

Serge Lalou, Camille Laemlé, Les Films d'ici, AB Productions, ARTE France, Movistar +, Toute l'Histoire

PARTICIPATION

CNC, Procirep, Angoa-Agicoa

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

ARTE France Distribution, ADAV, ARTE Éditions, ARTE VOD

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

À la fin du XIXe siècle, les patrons éclairés découvrent que l’ouvrier fait partie lui aussi du capital de l’entreprise. C’est la naissance de la diététique, de l’ergonomie, de la gymnastique ouvrière. Toutefois le travail à la chaîne, inventé dès 1871 aux Abattoirs de Chicago, peine à s’imposer. Ce n’est qu’après la grande boucherie de 1914-1918 que la rationalisation de la production et les techniques de “management scientifique” comme le taylorisme se généralisent malgré une violente résistance du monde ouvrier. Celui-ci apparaît profondément fracturé, alors que la révolution russe a fait naître l’espoir d’une révolution socialiste mondiale. En Allemagne, les réformistes sociaux-démocrates ont écrasé dans le sang les tentatives d’insurrection de 1919-1920. Les fascistes et les nazis s’engouffrent dans la brèche. Aidés par les crises et la montée du chômage, ils s’emparent du pouvoir, en Italie dès 1922, en Allemagne en 1933. Prétendant réaliser la synthèse du socialisme et du nationalisme au nom d’un travailleur mythique, ils proclament “la fin de la lutte des classes”.

Du début du XVIIIe siècle à nos jours, Stan Neumann déroule sur plus de trois siècles l’histoire du monde ouvrier européen, rappelant en une synthèse éblouissante ce que nos sociétés doivent aux luttes des “damnés de la terre”.
La classe ouvrière a-t-elle disparu, ou simplement changé de forme, de nom, de rêve ?