film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Green Thoughts
© William Hong-xiao Wei
1/5
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

William Hong-xiao Wei

IMAGE

William Hong-xiao Wei

SON

Marianna Brown, Ting-An Lin, Andres Vasco

MONTAGE

William Hong-xiao Wei

MUSIQUE ORIGINALE

Terry Peng, Alan Špiljak

PRODUCTION / DIFFUSION

William Hong-xiao Wei

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

William Hong-xiao Wei

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

"Avec Green Thoughts, le jeune William Hong-xiao Wei nous embarque pour un voyage sous les auspices de l’univers d’Emily Dickinson. En ouverture, un recueil de poèmes furtivement entrevu en guise d’indice, puis le mystère de ces vers de la poétesse tôt entendus : "Ce n’était pas la mort, car je me suis levée, Et tous les morts, allongez-vous Ce n’était pas la nuit, Car toutes les cloches ont sorti leurs langues, pour midi." Les amoures finissantes entre deux jeunes amantes – l’une écrit, l’autre photographie – sont ici l’occasion d’une immersion dans l’image, le temps et les sensations. À la question comme à nous aussi adressée de l’écrivaine "où sommes-nous ?", la jeune photographe répond "quelque part, dans le monde", avant d’ajouter : "quelque part, dans le passé". Depuis ces temps indiscernables s’esquisse alors à l’écran un monde flottant, tout de sensation, lent tourbillon mélancolique où la Nature est omniprésente : vent, mer, arbres, plantes. Une dérive à l’onirisme affirmé, toute d’ondulations serpentines de scènes diverses, chatoyantes, balançant des mots aux couleurs et aux sons, et pétrie d’un travail au cœur de leur matière, multiple et malaxée. Un lancinant voyage dans les souvenirs et les songes, entre rêve et sommeil – ce qu’on en capte, ce qu’on saisit, et ce qu’il en reste -, composé comme un bouquet, à la semblance de toutes les fleurs qui enluminent le film. Méditation, comme le suggère William Hong-xiao Wei avec les mots empruntés au Roland Barthes de la Chambre claire, sur le tressage des images et du temps, de la perte et du deuil."
(Nicolas Feodoroff - FIDMarseille)

"With Green Thoughts, young director William Hong-xiao Wei takes us on a journey under the auspices of Emily Dickinson’s world. Early in the film, we catch a glimpse of a volume of poetry, by way of a clue, and then we hear the mysterious verses of the poet: “It was not Death, for I stood up, And all the Dead, lie down It was not Night, for all the Bells Put out their Tongues, for Noon.” The dying love between two young women – one writes, the other takes photographs – are an opportunity to immerse ourselves in image, time and sensations. When the writer asks – as if to us as well – “where are we?”, the young photographer answers: “somewhere, in the world”, and then adds: “somewhere, in the past”. Out of this indiscernible time, a floating world emerges on screen, all made of sensations, a slow and melancholic whirlpool in which Nature is ubiquitous: wind, sea, trees, plants. An openly dreamlike drift, composed of serpentine undulations of various scenes, all shimmering, throwing words at colours and sounds, and steeped in a work at the heart of matter, multiple and kneaded. A haunting journey through memories and fantasy, in between dream and sleep – what we catch, what we grasp, what remains – composed like a bouquet, just like all the flowers that brighten the film. A mediation, as suggested by William Hong-xiao Wei when he quotes Roland Barthes in La Chambre claire (Camera lucida), about the weaving of images and time, loss and grief."
(Nicolas Feodoroff - FIDMarseille)

Distinctions