film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Tendre
Tender
© 5 à 7 Films
1/5
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Isabel Pagliai

AUTEUR(S)

Mathias Bouffier

IMAGE

Isabel Pagliai

SON

Jérôme Petit, Martin Delzescaux, Simon Apostolou

MONTAGE

Mathias Bouffier

PRODUCTION / DIFFUSION

5 à 7 Films, Le Fresnoy - Studio national des Arts contemporains

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Manifest

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Par une chaude journée d’été au bord de l’étang, Mia, onze ans, presse Hugo, quinze ans et déjà revenu de tout, de lui raconter son histoire d’amour avec Chaïnes, vécue quelques mois plus tôt au même endroit.

"Une petite fille, une dizaine d’années mais la langue déjà bien acérée, assise sur l’herbe au bord d’un étang, parle avec Hugo, hors-champ. Ils parlent de Chaïnes, que celui-ci a aimée, ou pas : la petite insiste, il l’a bien aimée. Sans que la perception en soit nette, le film bascule dans le souvenir d’Hugo, et les instants passés avec Chaïnes auprès de ce même étang, quelques mois auparavant. Les deux adolescents se cherchent, se trouvent, se charrient, se font charrier par les passants. Aux environs, la petite Mia apprend la pêche avec un ami ; des bandes rivales se cherchent des noises. Le temps passe, mais on ne sait pas trop où il s’écoule…
Tendre raconte une histoire mais ne se construit pas sur la narration : pas d’étapes de récit clairement définies ni de progression linéaire, mais des instants bruts, des blocs de temps et d’espaces qui laissent chacun percevoir un aspect des relations qu’il détaille. Isabel Pagliai s’intéresse aux heures de la journée, aux luminosités variables entre éclat radieux et chien et loup, chacune créant une gradation différente de l’intimité. Car ses plans-séquence fixes se conçoivent avant tout comme des cadres au sein desquels ses acteurs peuvent jouer au sens ludique du terme : non pas faire avancer une narration, mais s’aventurer à exister, y compris avec gravité, pour faire émerger l’éclat inattendu d’intime ou de tendre dont le film se veut le recueil."
(N.L. - FIDMarseille)

On a hot summer day by a small lake, Mia, 11, asks Hugo, only 15 and yet already blasé, to tell her about his love story with Chaïnes of a few months earlier by the same lake.

"A little girl, about ten years old and already sharp-tongued, is sitting on the grass next to a pond and talking to Hugo, off-camera. They’re discussing Chaïnes, whom this one was in love with… or wasn’t. The little girl is insistent – he really liked her. Imperceptibly, the film switches to Hugo’s memories and the moments spent with Chaïnes by this very same pond a few months earlier. The two teenagers fool around, tease each other, and are made fun of by passers-by. Nearby, the little Mia is learning how to catch fish with a friend; rival gangs try to pick fights. Time passes, but we don’t really know where it goes…
Tendre tells a story but is not built around a narrative: there are no clearly-defined narrative stages, no linear progression, but instead unpolished moments, blocks of time and spaces that leave viewers to perceive an aspect of the relationships it details. Isabel Pagliai examines times of day with varying light between bright sunshine and dusk, each creating a different spectrum of intimacy. For above all, her still frame sequences are devised so that her actors can play in the playful sense of the word – not to advance the narrative but to venture into life with both levity and gravity, to bring out the unexpected radiance of intimacy or tenderness that the film aims to capture."
(N.L. - FIDMarseille)

Distinctions