film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
La Bataille d'Alger, l'empreinte
© Label Vidéo
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Cheikh Djemaï

IMAGE

Damien Froidevaux, Khalid Djilali

SON

Damien Froidevaux, Khalid Djilali

MONTAGE

David Jungman

MUSIQUE ORIGINALE

Marie B. Cros

PRODUCTION / DIFFUSION

Label Vidéo, Djinn Productions, France Télévisions, TVM Est Parisien

PARTICIPATION

CNC, Procirep, Angoa-Agicoa, CNC. Fonds Images de la diversité

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Label Vidéo, Images de la culture (CNC)

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Distributeur(s) :

    Label Vidéo

  • Depuis ses origines en 1978, le fonds Images de la culture, géré directement par le CNC depuis 1996, constitue un outil privilégié pour la diffusion de la culture audiovisuelle en France. Le catalogue totalise aujourd’hui plus de 2700 œuvres documentaires.

    + Images de la Culture

Cheikh Djemaï revient sur la genèse du long métrage de Gillo Pontecorvo, La Bataille d’Alger (1965). Par le biais d’images d’archives, d’extraits du film et d’interviews de personnalités, le cinéaste retrace le parcours d’une œuvre majeure - des événements de la Casbah algéroise (1956-1957) à la remise du Lion d’Or entrainant la colère de la délégation française à Venise – qui a laissé son empreinte autant dans l’histoire du cinéma que dans celle de l’Algérie.
La Bataille d’Alger, l’empreinte s’intéresse au rapport entre histoire et cinéma dans l’œuvre de Gillo Pontecorvo, montrant la réciprocité entre réel et fiction comme la capture de Yacef Saadi par exemple, vue par les journaux télévisés de l’époque et par un extrait du film. Le documentaire souligne la "quête absolue de la vérité" voulue par Pontecorvo, recueillant les récits autant algériens tel l’ouvrage écrit par Saadi en 1962, que français à travers les témoignages oraux des parachutistes, afin de construire un récit factuel en dehors de toutes censures. La torture utilisée par l'armée française et montrée dans le film fut l'une des raisons de son interdiction jusqu'en 2004. Enfin, Cheikh Djemaï questionne l’héritage historique laissé par La Bataille d’Alger dans la conscience collective algérienne. Il constate que la fiction a supplanté l'histoire, sur le rôle prédominant d'Alger par rapport au reste du pays dans la guerre menée par le FLN par exemple, ou encore sur la place d'Ali La Pointe, figure de la Résistance dont l’importance symbolique repose intégralement sur le film.
(Robin Miranda das Neves)