film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Leni Riefenstahl – Das Ende eines Mythos
Leni Riefenstahl - La Fin d'un mythe
© ZDF
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Michael Kloft

IMAGE

Egon Braun, Alexis Jentzsch, Ralf Klingelhöfer, Dominik van Alst

MONTAGE

Monika Finneisen

PRODUCTION / DIFFUSION

ZDF (Zweites Deutsches Fernsehen), ARTE Deutschland TV GmbH, Spiegel TV

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

ARTE France Distribution

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Les images en noir et blanc du Triomphe de la volonté et des Dieux du stade, longs métrages de propagande commandés à Leni Riefenstahl par Adolf Hitler dans les années 1930, demeurent indissociables de la mémoire du IIIe Reich. Leur esthétique, glorifiant l’ordre militaire et la beauté du corps viril, reste un cas d’école pour évoquer le pouvoir des images dans une guerre idéologique. Morte en 2003 à l’âge de 101 ans, la réalisatrice a laissé un héritage paradoxal. Après la défaite allemande, elle échappe aux poursuites de la dénazification – faute de preuves d’implications concrètes pendant la guerre – mais restera durablement ostracisée par l’ensemble du milieu cinématographique. Se consacrant alors à la photographie ethnographique, elle n’aura de cesse jusqu’à la fin de sa vie de réécrire sa propre histoire en niant tout engagement personnel dans le nazisme, avec le soutien des tenants d’une dissociation entre art et idéologie. Qu’en était-il réellement ?
La sortie en Allemagne à l’automne 2020 de Leni Riefenstahl – Karriere einer Täterin, une biographie de la documentariste Nina Gladitz, vient raviver la controverse. Fruit d’un travail de plusieurs décennies nourri de documents d’archives inexploités jusqu’à présent, cette publication contredit l’hypothèse de la bonne foi. Non contente d’être une propagandiste hors pair, la cinéaste apparaît froidement opportuniste et plus impliquée dans les crimes nazis qu’elle ne le prétendait.