film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Wir geiseln der SS
Nous, otages des SS - 1) Entre espoir et désarroi - 2) Sur le fil du rasoir
© Gebrueder Beetz Filmproduktion / ZDF
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Christian Frey, Carsten Gutschmidt

IMAGE

Frank van Vught, Dirk Heuer, Marc Riemer, Peter Klotz

SON

Udo Steinhauer

MONTAGE

Christoph Senn

MUSIQUE ORIGINALE

Andreas Dicke, Thomas Onderka

PRODUCTION / DIFFUSION

Gebrueder Beetz Filmproduktion, ZDF (Zweites Deutsches Fernsehen)

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Gebrueder Beetz Filmproduktion

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

DOCU-FICTION

Le 26 avril 1945, un convoi de 139 otages, hommes, femmes et enfants originaires de 17 pays d'Europe, quitte le camp de Dachau, encadré par une cinquantaine de SS. Parmi eux, des hommes d'État et leurs proches (comme l'ancien chancelier autrichien Schussnig, son épouse et sa fille), des résistants (dont Sante Garibaldi, petit-fils du héros de l'indépendance italienne), des militaires (le commandant en chef de l'armée grecque Alexandros Papagos ou le héros de l'aviation britannique Bertram Arthur James), et les familles des officiers ayant fomenté un attentat manqué contre Hitler, en juillet 1944. Les princes Philippe de Hesse et Frédéric Léopold de Prusse sont aussi du nombre. Himmler, patron de la SS et chef de la Gestapo, les a fait transférer de différents lieux de détention pour les utiliser comme monnaie d'échange avec les Alliés, dont la victoire est imminente. Ils sont dirigés vers la "forteresse des Alpes", où les ultimes fidèles du Führer ont décidé de se retrancher pour négocier une issue favorable ou mourir avec leurs otages.
S'appuyant sur les témoignages de ceux qui, enfants, ont été pris en otages, mais aussi sur des scènes de fiction, des interviews d'historiens et des images d'archives, Christian Frey restitue de façon émouvante et détaillée ce chapitre méconnu de la fin de la Seconde Guerre mondiale. À noter que le socialiste français Léon Blum et son épouse Jeanne, qui ne figurent pas dans ce documentaire, faisaient aussi partie du convoi.