film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Il était une fois en Irak - 1. La Guerre
© KEO Films / BBC (British Broadcasting Corporation)
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

James Bluemel

IMAGE

Dhafir Ayad

PRODUCTION / DIFFUSION

KEO Films, BBC (British Broadcasting Corporation)

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

BBC (British Broadcasting Corporation)

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Tandis que sa statue s'écroule à Bagdad, le dictateur Saddam Hussein reste introuvable. Fasciné par l'Occident, cofondateur du premier groupe de hard-rock du pays, Waleed Nesyif a 18 ans quand l'armée américaine entre dans la capitale. Partagé entre la joie de voir s'écrouler enfin la prison à ciel ouvert qu'est son pays et la peur de le voir se disloquer, il se trouve aux premières loges pour constater l'envers du "rêve vendu" aux Irakiens, car il travaille comme fixeur pour les journalistes occidentaux. Un ancien et inconsolable conseiller de Saddam, une femme d'agriculteur vivant non loin du village natal du dictateur, Oum Qusay, un soldat d'élite américain, un futur professeur d'histoire habitant Mossoul, Omar Mohamed, le reporter du New York Times Dexter Filkins et le photojournaliste anglais Ashley Gilbertson font eux aussi revivre ce moment de basculement.

Avec ses déflagrations successives, la guerre déclenchée en 2003 par George W. Bush et ses alliés, aux premiers rangs desquels Tony Blair, contre l'Irak de Saddam Hussein a mis le pays en lambeaux. Pour raconter l'histoire d'une spirale de violence qui continue d'ébranler le monde, James Bluemel a recherché des témoins parmi les civils irakiens, les soldats des armées américaine et irakienne, et les reporters de guerre. "Ordinaires" par leur vécu, exceptionnels par la force de leurs paroles conjuguées, ces femmes et ces hommes font revivre de l'intérieur une part du cataclysme qui a bouleversé leur existence. Appuyant leur récit choral sur des archives en partie inédites, la réalisation entremêle les "petits faits vrais" et les grands événements. James Bluemel ne cherche pas à tout dire, mais à faire résonner dans ces histoires personnelles ce qui l'a marqué dans sa précédente série documentaire, Exode, tournée au plus près de réfugiés : l'instinct de survie, le courage, l'humour ou la générosité. Plus que l'effroi, c'est l'empathie, fondée sur l'intelligence des faits, qu'il veut susciter chez le spectateur.