film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Colorer les nuages
Colorando le nuvole
© Les Films de la périphérie
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Paolo Jamoletti

IMAGE

Paolo Jamoletti

SON

Agit Utlu

MONTAGE

Paolo Jamoletti

MUSIQUE ORIGINALE

Pablo Schinke

PRODUCTION / DIFFUSION

Les Films de la Périphérie

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Les Films de la Périphérie

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Quand je suis rentré pour la première fois dans l’atelier où le peintre Battista Mombrini travail, le parfum du tabac de sa pipe, qu’on peut sentir déjà dans la rue Sangalli, m’a surpris. Depuis, j’ai toujours pensé que sans le parfum de cette pipe ce lieu magique ne pourrait pas exister. Mais sommes-nous vraiment sur que ce qu’on voit existe vraiment ? Et, plus en général, quoi existe et quoi n’a pas d’existence ? Et les mots qui nomment les "choses", correspondent-ils par de vraie aux "choses" ?
Dans son atelier, on dirait que le temps ne s’écoule plus et que le flux du devenir est suspendu. Et cette magie mystérieuse et enfantine s’exprime dans ses œuvres et dans son travail. Il agit d’un monde hors temps ou "autre" par rapport à notre temps, comme Battista Mombrini même, peintre visionnaire, en marge, artiste non mondain, peu bavard, et, en quelque sorte, inactuel.
Connu et reconnu parmi les plus importants peintres contemporains italiens, "il a donné son sang à l’art", il dit. Mais il ne parle pas beaucoup de lui, il n’aime peut-être pas parler de lui et de son travail. Comme certains des visages peints par lui, ineffables et suspendus entre rassurante bonhomie et inquiétante silence. On dirait qu’ils s’attendent, mais qui, quoi ? En particulier, les bouches de ses visages semblent tellement petites de ne pas savoir ou ne pas pouvoir parler : ce monde n’a pas besoins de mots, n’a pas besoin d’explication.
Le secret de son art, de son imagination, de sa création, c’est quoi ? D’où viennent ces paysages, ces rêves, ces fables, ces visages ? Est-il possible que la fantaisie de cet auteur soit née dans le cœur de la terreuse et matérielle région de la Lombardie ?
Le cœur de ce film sera donc son atelier, antre secret imprégné de tabac, grotte sombre à explorer, mais traversé par un rayon de lumière qui rentre par la porte-fenêtre.
À l’intérieure le travail quotidien de Mombrini, dehors la vie d’une petite ville de province italienne qui s’écoule lentement. Deux petites filles qui s’arrêtent devant la vitrine de son atelier, elles regardent les peintures exposées, et même celles sur le mur, mais elles n’osent pas rentrer. Dès que le peintre s’aperçoit d’elles et marche vers elles pour ouvrir la porte, elles s’enfuient, sans raison.