film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Le Poireau perpétuel
© Les Films de l'Astrophore / Nottetempo films
1/2
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Zoé Chantre

IMAGE

Zoé Chantre

SON

Zoé Chantre

MONTAGE

Zoé Chantre

PRODUCTION / DIFFUSION

Les Films de l'Astrophore, Nottetempo Films

PARTICIPATION

Région Normandie, CNC, Scam, Normandie Images

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Pascale Ramonda, Les Films de l'Astrophore

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

"Le poireau perpétuel est un journal filmé qui commence le cinq mars.
Tous les ans à cette date précise, une fourmi entre sous ma porte et je l’observe.
Pour elle, c’est l’arrivée du printemps pour moi c'est l’anniversaire de ma mère.
La fourmi nourrit sa reine qui aura des œufs et moi je me pose la question d'avoir un enfant ou pas au moment où ma mère, atteinte d'un cancer, entame sa décroissance de vie."
(Zoé Chantre)

"[...] On l’aura saisi, le projet est autobiographique, mais à plusieurs voix en somme : elle-même, sa mère, la fourmi susnommée et les autres êtres qui viendront peupler ce récit d’existence. Et, trait peu fréquent dans ce type d’entreprise, il est aussi délibérément sous les auspices de l’humour. Non seulement l’humour des diverses péripéties narrées avec une évidente jubilation, même quand ça ne va pas fort, mais aussi l’humour qui résulte de la diversité des matériaux filmiques employés, dont une animation élémentaire, crayons et gomme à vue, bricolage naïf et réjouissant qui fait écho à l’approximation des solutions trouvées face à la gravité des problèmes posés. En bref, s’il ne s’agit pas de "l’autobiographie de tout le monde" pratiquée par Gertrud Stein, il est bien question d’un mouvement de se dire ouvert à bien des souffles, de l’animal à l’humain, d’un appartement parisien au Vietnam, des pages quadrillées d’un cahier d’écolier à un film qui s’invente sans cesse sous nos yeux, jamais impérieux, jamais sentencieux – toujours pressé d’aller de l’avant. C’est tout le prix de cette confession, de faire, pour avancer, le choix d’un jeu de l’oie, sans présager d’aucune sagesse ni d’aucune marche en avant plus juste qu’une autre : très bel hymne à l’S de la scoliose comme forme possible et plausible du se tenir droit."
(Jean-Pierre Rehm - FIDMarseille)

Distinctions