film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Chirac - 1. Le Jeune Loup (1932-1981) - 2. Le Vieux Lion (1981-2006)
© Kuiv Productions
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Patrick Rotman

MONTAGE

David Korn-Brzoza

PRODUCTION / DIFFUSION

Michel Rotman, Kuiv Productions, France Télévisions

PARTICIPATION

Planète, TV5, LCP - Assemblée nationale

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Kuiv Productions, Universal Pictures International France

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Jacques Chirac est dans le paysage politique depuis quarante ans. Parfois en arrière-fond, souvent au premier rang. C’est le dernier dinosaure monomaniaque de la politique. Par la longévité exceptionnelle d’une carrière politique qui recoupe celle de la Vé République, par la conquête du pouvoir suprême qu’il aura exercé pendant douze ans, par son hégémonie à la tête de la droite française pendant plus de trente ans, le destin de Jacques Chirac est hors du commun.
Comme tous les politiques, Jacques Chirac s’est beaucoup exprimé sur tous les sujets depuis quatre décennies. Plus que d’autres, il s’est beaucoup contredit et il est facile de faire un florilège de ces retournements, de traiter par la dérision les contradictions du personnage. Patrick Rotman a eu envie de le prendre au sérieux, de comprendre que ces contradictions renvoient aux paradoxes des Français, à la fois étatistes et décentralisateurs, libéraux et solidaires, européens et nationalistes.
Ce portrait « politique » manquerait de saveur et de profondeur s’il ne cherchait derrière l’apparence, la réalité d’un homme évidemment bien plus complexe qu’il ne le laisse paraître. La plasticité de Jacques Chirac, son étonnante capacité à se fondre avec l’air du temps pour renouer avec l’opinion et les électeurs afin de conquérir ou de garder le pouvoir, dénotent une personnalité plus compliquée qu’il n’y paraît.
Derrière un spécimen rare de bête politique qui semble inusable, se cachent des fêlures et des doutes, des interrogations et des remises en cause que l’homme, pudique, prend bien soin de masquer.

Deux films de 104 minutes et un film de 52 minutes en complément.