film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Gloire aux ânes - Les Aventures d'un animal prolétaire
© SZ Productions
1/2
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Maryse Bergonzat

AUTEUR(S)

Isy Morgensztern

IMAGE

René Lartigaud, Vincent Munié

SON

Jacques Barbier, Philippe Terrasse

MONTAGE

Bruno Gaultier

MUSIQUE ORIGINALE

Gilles Carles

PRODUCTION / DIFFUSION

SZ Productions, ZDF/ARTE, France 3 Limousin-Poitou-Charentes

PARTICIPATION

CNC, Procirep

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

SZ Productions, La Maison du doc

ISAN : ISAN 0000-0001-95CA-0000-Q-0000-0000-X
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Curieux destin que celui des ânes, compagnons de l'homme au travail. Domestiqués, ils furent employés à faire la guerre, tâche aristocratique s'il en est. Mais assez tôt on les remplaça par les chevaux, plus rapides. Ils restèrent donc dans les fermes, labourant et faisant tourner les moulins. Une existence assez ordinaire au service de gens modestes. Les ânes donnent très peu de lait, on en mange peu, et on ne tricote pas de pulls avec leurs poils.
Reste donc le travail, une capacité de travail peu commune, qui en a fait un animal prolétaire partageant au plus près la misère et les peines des hommes. Ajoutons une douceur et une simplicité (bêtise ? Profonde réflexion ?) et une sexualité déraisonnable... Le film suit deux "fils" : des ânes réels filmés en situation avec leurs compagnons humains dans la campagne française et, en contrepoint, les ânes métaphoriques et littéraires qui sont traités sous forme d'animations.

The fate of donkeys, companions of man at work, is a curious one. Domesticated, they were used to make war, an aristocratic task if ever there was one. But relatively quickly they were replaced by horses, which were faster. So they remained on farms, ploughing and making mills work. It is quite an ordinary existence in the service of modest people. Donkeys give very little milk, they are not eaten much, and sweaters are not knitted from their hair.
So work remains, an uncommon capacity for work, which makes them proletarian animals sharing closely the misery and troubles of men. Add to that a gentleness and a simplicity (stupidity ? Deep thought ?) and an unreasonable sexuality... The film follows two "threads" : real donkeys filmed in situations with their human companions in the French countryside and, as a counterbalance, metaphorical and literary donkeys which are treated in the form of animated cartoons.