film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Antoni Tapiès de A à Z
© INA - Institut National de l'Audiovisuel
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

André S. Labarthe

PRODUCTION / DIFFUSION

INA - Institut National de l'Audiovisuel, Antenne 2

PARTICIPATION

CNAP (Centre national des arts plastiques)

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

INA Distribution, Images de la culture (CNC), BnF - Bibliothèque nationale de France

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Catalogue des vidéos à la demande

  • Distributeur(s) :

    INA Distribution

  • Depuis ses origines en 1978, le fonds Images de la Culture, géré directement par le CNC depuis 1996, constitue un outil privilégié pour la diffusion de la culture audiovisuelle en France. Le catalogue totalise aujourd’hui plus de 2700 œuvres documentaires.
  • Ce film est préservé et consultable à la Bibliothèque nationale de France (bibliothèque de recherche, sur accréditation).
    Plus d'informations sur le dépôt légal

Dans le bourdonnement virevoltant d'une abeille, la caméra divague sur les toits d'une ville que domine la Sagrada Familia. Loin du bruit et des regards, le peintre Antoni Tapies (Barcelone, 1923) se prépare à peindre, assis dans un fauteuil, un livre à la main. Il n'attend pas que le possède la fièvre de l'inspiration : il médite. Quelque chose va se passer. Quand ? Observons !
Tapiès peint. Une voix off décrit les opérations. Sur des tréteaux, il place un panneau de bois, l'enduit de vernis, le recouvre de poudre de marbre, l'entaille. Cette suite de métamorphoses n'a rien de spectaculaire et la déception pointe : quand la "peinture" a-t-elle vraiment commencé ?
Dans une séquence en durée réelle, l'attention se resserre. Mais là encore, il n'y a que ce qui est donné à voir, car l'atelier n'est pas un espace théâtral où se jouerait une performance ; il n'est qu'un chantier où se construit une oeuvre dans la temporalité "banale" d'un lent processus d'élaboration.
Ainsi, ni l'attention soutenue, ni le questionnement infini, ni les hypothèses émises n'entament le mystère de cette transfiguration : l'incarnation du peintre dans le corps de la peinture.