film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Affaires de poison, affaires de femmes ?
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Jean-Louis Gonnet

PRODUCTION / DIFFUSION

Coup d'œil, La Sept ARTE, La Sept ARTE

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

La Compagnie des Phares et Balises (CPB)

ISAN : ISAN 0000-0001-715A-0000-D-0000-0000-Z

Dans l’imaginaire collectif, de Lucrèce Borgia à la marquise de Brinvilliers, les femmes et le poison ont partie liée. Le stéréotype de l’empoisonneuse perdue à travers les siècles. Entre 1850 et 1950, trois affaires ont permis de mesurer la prégnance de cette image, entre la sorcière et la faiseuse d'anges : Marie Capelle, soupçonnée en 1840 d’avoir empoisonné son mari à l’arsenic, condamnée aux travaux forcés ; Violette Nozières, accusée d’avoir tué son père avec des barbituriques, condamnées à la perpétuité ; Marie Besnard, enfin, accusée en 1955 d’avoir empoisonné douze personnes de son entourage, acquittée au terme de trois procès sur une période de quatorze ans. À chaque fois se rejouent la même hystérie collective, le même ballet des experts en tout genre et des avocats en représentation...

In the collective imagination, from Lucrezia Borgia to the Marquise de Brinvilliers, women and poison have been linked. The stereotype of the poisoner has lasted throughout the centuries. Between 1850 and 1950, three cases allow us to measure the vitality of this image : Marie Capelle, suspected in 1840 of having poisoned her husband with arsenic, was sentenced to hard labour ; Violette Nozières, accused of having killed her father with barbiturates, sentenced to life ; Marie Besnard, lastly, accused in 1955 of having poisoned twelve people she knew, acquitted after three trials over a period of fourteen years. Each time there is the same collective hysteria, the same to-ing and fro-ing of experts of every kind and lawyers showing off...

Thématique