film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Albert Camus, une tragédie du bonheur
© CKF productions
1/1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Distributeur(s) :

    Chiloé Productions

  • DVD en vente sur :

    Chiloé Productions

  • Film appartenant au catalogue national de films documentaires pour les bibliothèques publiques de la Bpi, en prêt et consultation gratuits dans les bibliothèques de ce réseau.
  • Film disponible à l'Adav, catalogue réservé aux établissements éducatifs et culturels.
    En savoir plus

"Lorsque Bernard Rapp m'a proposé, il y a deux ans, de faire un film sur Camus pour l'inscrire dans la série "Un siècle d'écrivains", je n'ai pas hésité une seconde. Depuis longtemps, je me demandais comment j'allais m'y prendre pour m'acquitter de la dette que j'avais contractée envers un homme qui fut un aîné protecteur avec de faire de moi un ami, et dont je fus l'admirateur avant qu'il ne devînt un maître. [...] Il n'est pratiquement plus de pays où son œuvre n'ait été traduite, et les jeunes gens de nombreux pays le considèrent non comme un maître à penser mais comme un modèle, dans lequel ils reconnaissent leurs instincts, leurs préoccupations, leurs problèmes. J'ai vécu près de Camus des périodes de bonheur exalté. J'ai vu comment, plus que les autres, il en payait le prix. Et en définitive, je crois bien que, si j'ai tenu à être présent dans ce film, c'est peut-être pour souligner à quel point, chez Camus, la recherche du bonheur est inséparable du tragique." (Joël Calmettes

"When, two years ago, Bernard Rapp asked me to make a film about Camus for his "Un siècle d'écrivains" series, I didn't hesitate for a moment. I'd long pondered the approach I would take to pay off the debt I had towards a man who was a protective elder before considering me a friend, and whom I admired even before he became a mentor. (...) There is virtually no country today where his work has not been translated, and the young people of many nations consider him not as a intellectual guide but as a role model in whom they recognised their own instincts, preoccupations and problems. I lived moments of intense happiness with Camus. I saw how, more than others, he paid the price. And in the end, I think that if I insisted on being present in this film, it was probably to stress how much, with Camus, the quest for happiness was inseparable from the tragedy of his life."(Joël Calmettes)