film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Marguerite B. : une histoire singulière
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Gabriel Gonnet

AUTEUR(S)

Béatrice Koeppel

IMAGE

Charles Alvarez, Arlette Girardot

SON

Jean-Pierre Soupin, Rabah Hammani

MONTAGE

Inès Segré

MUSIQUE ORIGINALE

Dominique Paulin

PRODUCTION / DIFFUSION

La Cathode, Périphérie (Centre régional de Création cinématographique), Aqui TV

PARTICIPATION

CNC, Procirep

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

La Cathode, ADAV, La Maison du doc

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Ce film célèbre le cinquantième anniversaire de la fermeture de la dernière maison de correction pour filles. Le film adapte le livre de Béatrice Koeppel : "Marguerite B. , une jeune fille en maison de correction". 50 ans après le décès de Marguerite, pupille de l'éducation surveillée à Cadillac en Gironde, nous avons suivi le parcours de Marguerite à travers la France. L'histoire de Marguerite est difficile et dramatique. Elle se situe dans un moment de réforme et de transition de l'histoire de l'enfermement des mineurs : la réforme de 1945. Dans son parcours se mélangent à la fois des archaïsmes issus du XIXe siècle et une immense volonté de réforme qui privilégie l'affectivité, la formation professionnelle et la volonté de permettre aux pupilles de se réinsérer. Marguerite se suicide à Cadillac le 30 octobre 1950. C'est une personnalité qui a échappé complètement à ceux qui l'ont suivie.

This film celebates the fiftieth anniversary of the closing of the last institution for young female offenders. The film adapts Béatrice Koeppel’s book : "Marguerite B., une jeune fille en maison de correction". 50 years after the death of Marguerite, a child in supervised care in Cadillac in Gironde, we followed Marguerite’s life around France. Marguerite’s story is difficult and dramatic. It takes place at a time of reform and transition in the history of institutions for young offenders : the reform of 1945. In her life there is a mixture of archaisms from the 19th century and an immense desire for reform which promotes affectivity, professional training and the wish to allow children in care to become reintegrated. Marguerite committed suicide in Cadillac on 30 October 1950. She was a personality who completely eluded those who followed her.