film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Circus Baobab
© Les Poissons volants
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Laurent Chevallier

PRODUCTION / DIFFUSION

Les Poissons volants, France 2

PARTICIPATION

CNC

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Mondo films, Cinexport, ADAV, BnF - Bibliothèque nationale de France, La Maison du doc, Les Films du paradoxe

ISAN : ISAN 0000-0003-1F17-0000-A-0000-0000-7
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Un cirque acrobatique vient de naître à Conakry, trente garçons et filles enfants des rues, enfants déscolarisés : danseurs et percussionnistes surdoués. 1er mars 2000, la troupe du Circus Baobab est prête à entreprendre sa première tournée à travers toute la Guinée. Une grande tournée, six semaines, trois villes, quatre mille kilomètres jusqu'au plus profond du pays. Curieux convoi hétéroclite couvert de latérite qui s'arrête au milieu d'un stade de brousse. Puis, comme par magie se dresse une immense scène d'où émerge un surprenant Baobab construit à partir de métal, de teck et d'acajou. Les premiers trapèzes y sont accrochés. Dans ce village où l'électricité est rare brusquement les feux de la rampe s'allument. Une foule colossale est au rendez-vous pour l'événement. Les djembés se mettent en branle, les danseurs jaillissent, les trapézistes volent, les acrobates se contorsionnent, les cracheurs de feux illuminent la nuit, les spectateurs n'en croient pas leurs yeux. Plus la tournée va s'enfoncer au cœur du pays, plus les jeunes acrobates citadins de la troupe découvrent qu'un cirque c'est aussi l'apprentissage de la vie

An acrobatic circus has just seen the light of day in Conakry, thirty boys and girls, street kids, children with no schooling : gifted dancers and percussionists. On 1st March 2000, the Baobab Circus company is ready to undertake its first tour across Guinea. A great tour, six weeks, three towns, four thousand kilometres to the very heart of the country. It is a curious heterogeneous convoy covered with laterite that stops in the middle of a playing field in the bush. Then, as if by magic, a huge stage appears from which an amazing Baobab emerges built of metal, teak and mahogany. The first trapezes are attached to it. In this village where electricity is rare suddenly the stage lights come on. A colossal crowd is waiting for the event. The djembes start up, the dancers spring forth, the trapeze artists fly, the acrobats contort themselves, the fire-eaters light up the night, the spectators cannot believe their eyes. The further into the heart of the country the circus goes, the more the company’s young city-bred acrobats discover that a circus is also an apprenticeship of life

Distinctions