film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Robert Doisneau, tout simplement
© Agence Rapho
1/1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • France | 2000 | 67 minutes & 52 minutes | Betacam SP
  • Un film de Patrick Jeudy

Dès que l'on pénètre le monde noir et blanc de Robert Doisneau, il se colorise et des milliers d'histoires nous viennent à l'esprit. Des histoires que l'on invente, celles dont on se souvient, qu'on nous a racontées et que l'on vit aussi. Les pauvres sont plus gais, les riches moins arrogants, les amoureux plus transis, la laideur moins repoussante. Et pourtant la France ne se peint pas en rose dans ces années cinquante de lendemains de guerre, de crise du logement et de déchirures de la décolonisation.
Aujourd'hui encore, des dizaines d'inédits sortent de son atelier de Montrouge. Les mêmes photos peut-être mais ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait d'autres. Le regard juste et prévenant de Doisneau rassure et ses photos deviennent des icônes trônant sur nos murs d'adolescents au côté d'un poster du "Che" jauni.
Le film est essentiellement réalisé à partir de photos de Robert Doisneau. Plus de 900 clichés sont réunis en séquences très cinématographiques et peignent le tableau d'un Paris et d'une France aujourd'hui bien éloignée de nous. Musiques, sons et environnement sonore d'époque habillent ces images. La voix de Doisneau intervient comme il photographie, avec chaleur, justesse et à propos

As soon as you enter the black-and-white world of Robert Doisneau, it takes on colours and thousands of stories come to mind. Stories of our own invention, stories we remember, which we once heard, stories we lived through too. The poor are happier and the rich are less arrogant, the lovers are more bashful and the ugliness is less repulsive. And yet France wasn't painted in rose colours in the 50s of the post-war, the housing crisis and the traumas of decolonisation.
Today, dozens of rare photos continue to pour out of his Montrouge atelier. The same photos perhaps but not quite. Doisneau's impartial, alert gaze reassures and his photos are among the icons pinned to the bedroom walls of our teenage year alongside the yellowing "Che" poster.
The film is essentially made up of Doisneau's photos : more than 900 shots assembled in highly cinematic sequences to create a portrait of Paris and France that belongs to the past. Music, sound and ambience noises support these images which are commented by the warm and timely voice of Doisneau himself

Distinctions