film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Jean-Denis Bonan
© D.R.
1/3

Jean-Denis Bonan est un réalisateur, plasticien et écrivain français né à Tunis en 1942.

Dès son premier film, Jean-Denis Bonan, à l'époque monteur aux Actualités françaises est violemment confronté à la Commission de contrôle des films (censure) : celle-ci interdit totalement le court métrage Tristesse des anthropophages (1966), puis limite les possibilités d'exploitation d'un autre film réalisé l'année suivante : Mathieu-fou.

Malgré ces difficultés, Jean-Denis Bonan entreprend, au printemps 1968, le tournage d'un long métrage autoproduit : La Femme-bourreau. Rapidement, le cinéaste parle de son film à Anatole Dauman. Séduit par les premiers résultats, le producteur finance l’ensemble des tirages et le premier montage. En 1969, Dauman présente une première continuité du film à plusieurs distributeurs. À sa grande surprise, aucun d’eux n’acceptera de le sortir, réduisant à néant la carrière du film.

Jean-Denis Bonan a enseigné à l’IDHEC et à l'Université de la Sorbonne Nouvelle. Membre, dès 1967, du groupe l'Atelier de Recherche Cinématographique (ARC, 1967-69), il participe à la fondation de Cinélutte en 1973, où le rejoindront Mireille Abramovici, Richard Copans, Guy-Patrick Sainderichin, François Dupeyron.

Il a créé le magazine Métropolis avec Pierre-André Boutang pour Arte. Après le décès de son créateur Gérard Follin, il a dirigé avec Daniel Edinger le magazine Aléas de France 3. Il a également initié plusieurs collections de films pour France 2 et France 3, notamment : Histoires d’Amour, Les Moments de la Folie et Traces. En 2012, il a publié un album dessiné, Vie et mort de Ballao. Il a réalisé, co-réalisé ou participé à près d'une cinquantaine de documentaire.

En mars 2015, plus de quarante-cinq ans après leur réalisation, La Femme-bourreau et Tristesse des anthropophages sortent en salles.

La Cinémathèque tunisienne lui a rendu homme en février 2020 à travers une rétrospective de ses films intitulée “Bonan Béni, Bonan Maudit”.

(Source : Wikipédia)

Page:1/4