film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Philippe Grandrieux
© em.g.
1/1

Après des études de cinéma à l'INSAS, Philippe Grandrieux commence à travailler sur la scène expérimentale et présente à la Galerie Albert Baronian (Bruxelles) sa première installation en 1976. À partir des années 1980, dans le cadre de l'atelier de recherches à l'INA, il invente des formes et des formats qui mettent en question le documentaire, l'information, l'essai - donc certains des fondements de l'écriture audiovisuelle. En 1990, il lance par exemple l'atelier Live qui produit des plans séquences d'une heure, commandés à des artistes comme Thierry Kuntzel, Robert Kramer ou Robert Frank.

Son travail explore les puissances du cinéma et se caractérise par une perpétuelle tension entre plasticité et narration. Ses longs métrages, Sombre (1998) récompensé à Locarno, La Vie nouvelle (2002), Un Lac (2008) primé à Venise et Malgré la nuit (2016), offrent des expériences sensorielles intenses. Son dernier documentaire, Il se peut que la beauté ait renforcé notre résolution - Masao Adachi, (2011) a reçu de nombreuses récompenses.

À ce jour, près de trente rétrospectives présentant son travail ont été organisées à travers le monde. En 2012 et 2013, Philippe Grandrieux a été professeur invité au département de cinéma de Harvard aux États-Unis. Son cinéma est enseigné dans de nombreuses universités. Il donne lieu à un travail critique et à des publications, dont la plus récente est Philippe Grandrieux, Sonic Cinema de Greg Hainge.

(Source : Tënk)

+ Site de l'auteur(e)

Filmographie complète | Auteur-Réalisateur | Producteur / Diffusion | Image | Son | Montage