film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Henri Cartier-Bresson
© Martine Franck / Magnum Photos / Courtesy Fondation HCB
1/1




Né le 22 août 1908 à Chan­te­loup-en-Brie, Henri Cartier-Bres­son est l'un des photo­graphes majeurs de sa géné­ra­tion. Consi­déré comme l'un des créa­teurs du photojour­na­lisme, le célèbre photo­graphe fonde l'agence de photo Magnum, dont la renom­mée est inter­na­tio­nale, avec Robert Capa, William Vandi­vert, George Rodger et David Seymour. Dès sa prime jeunesse, le jeune artiste est passionné par l'image. C'est à la fin de ses études qu'il décide de se consa­crer plei­ne­ment à sa passion. Henri Cartier-Bres­son, que l'on appelle par ses initiales "HCB", parcourt alors le monde. [...]

Henri Cartier-Bresson développe une passion pour le cinémadès les années 1930. En 1935 à New York il apprend le cinéma avec Paul Strand. Quand il rentre à Paris l'année suivante, il présente ses photographies dans un album à Jean Renoir pour lui demander de travailler avec lui. Renoir engage alors Cartier-Bresson (dit "Cartier") comme second-assistant metteur en scène en 1936 pour La vie est à nous et Une partie de campagne, en 1939 pour La Règle du jeu. Le 3 août 2004, il s'éteint à l'âge de 95 ans.




"Le XXe siècle a été celui de l’image. Henri Cartier-Bresson, photographe, né en 1908, est l’œil d’un siècle. Raconter sa vie décrypter son œuvre, c’est d’abord écrire l’histoire d’un regard. En déambulant dans son siècle, le regard de ce promeneur lucide a saisi la fascination de l’Afrique des années 1920, croisé les destins tragiques des républicains espagnols, accompagné la Libération de Paris, capté la lassitude de Gandhi quelques heures avant son assassinat et témoigné de la victoire des communistes chinois. Henri Cartier-Bresson fut aussi l’assistant de Jean Renoir pour trois films majeurs – un artiste qui se veut artisan et qui fonde néanmoins Magnum, la plus prestigieuse des agences de photo. C’est encore celui qui a fixé les traits de ses contemporains, Mauriac en lévitation mystique, Giacometti, Sartre, Faulkner ou Camus, et tant d’autres saisis à l’instant décisif, autant de portraits pour l’éternité.


(Source : Pierre Assouline, Henri Cartier-Bresson, l’œil du siècle &
Fondation Cartier-Bresson)

+ Fondation Henri Cartier-Bresson