film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Gilles Carle
© Le Journal de Québec
1/2

Né en 1928, Gilles Carle passe sa jeunesse en Abitibi et déménage à Montréal à 16 ans. Il étudie les beaux-arts et entreprend une carrière de dessinateur. Après avoir pensé à devenir peintre, il se destine à l'écriture. Avec notamment Gaston Miron, il co-fonde les Éditions de l'Hexagone. Le cinéma, cependant, l'attire. Il entre à l'Office national du film du Canada au début des années 60 à titre de scénariste. Il y tourne quelques courts métrages documentaires.

Mais c'est la fiction qui l'intéresse. En 1964, premier court métrage de fiction : Solange dans nos campagnes. L'année suivante, un projet de documentaire sur le déneigement à Montréal se transforme en long métrage de fiction. C'est La Vie heureuse de Léopold Z, qui porte un regard tendre et drôle sur les petites gens. Semoncé par son employeur pour avoir transformé en fiction ce projet de documentaire, il quitte l'ONF pour les Productions Onyx avec lesquelles il scénarise et réalise Le Viol d'une jeune fille douce (1968), Red (1970) et Les Mâles (1971).

Puis, avec Pierre Lamy, il fonde les Productions Carle-Lamy au début des années 1970 et réalise au cours de cette décennie plusieurs longs métrages. Au cours des années 1980 il adapte deux classiques de la littérature québécoise au grand écran, Les Plouffe (1981) et Maria Chapdelaine (1983). Gilles Carle réalise ses derniers longs métrages de fiction au cours des années 1990.

Atteint de la maladie de Parkinson et de la maladie d'Alzheimer, Gilles Carle meurt le 28 novembre 2009. Le Québec lui réserve des funérailles nationales.

(Source : Tënk)