film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
ZOOM SUR...
Johan Van der Keuken
img
© D.R.
C’est son collègue-cinéaste Luc Dardenne qui définit le mieux les impressions ressenties par le spectateur devant un film de Johan Van der Keuken. Dans un article aussi pertinent que peu connu, publié à Bruxelles en 1983 dans l’ouvrage collectif Johan Van der Keuken cinéaste et photographe, il parle d’une "expérience spatiale", une "descente-remontée-traversée des couches et des horizons du regard", un "voir au-delà du Regard", qui s’étendent bien au-delà du temps de la projection : "si aujourd’hui, un an après [avoir vu ses films] il m’est encore possible d’en parler, de me souvenir de leurs images, c’est sans doute que mon séjour dans cette tour n’est pas terminé, que les images ont survécu."

Bien que tous les observateurs ne partagent pas cette impression d’immédiateté - certains parlent même de la difficulté de se remémorer ses films - ils sont d’accord sur un point : il se passe quelque chose de très particulier quand on voit un film de Van der Keuken. Quand la projection est terminée, on n’en a pas terminé avec le film. D’où la nécessité de revenir dessus. Il faut "re-voir" (Jean-Paul Fargier) ou "revisiter" (Alain Bergala) son œuvre, la réinterpréter. Dans Les Vacances du cinéaste (1974), Van der Keuken affirme que "le film se déroule toujours au présent". Il est toutefois revenu assez souvent sur ses œuvres antérieures.

[...]

Dans son rapport impulsif au réel, Johan Van der Keuken était un cinéaste engagé et ses films ont souvent dénoncé les injustices et les grands problèmes contemporains : la pénurie de logements (Quatre murs, 1965), les inégalités Nord-Sud (la trilogie des années 1972-74) ou encore l’écologie (La Jungle plate, 1978). Ce dernier film est même prémonitoire d’une conscience à peine née à cette époque. Il n’est donc pas étonnant que ses propos résonnent encore aujourd’hui.


Harry Bos, programmateur de la rétrospective Johan Van der Keuken qui se déroule du 17 janvier au 19 mars 2018 dans le cadre de la Cinémathèque du documentaire au Centre Pompidou à Paris.


+ Consulter la filmographie de Johan Van der Keuken